Le Rêve de Béatrice...

 

 

Béatrice Alexander de son nom de baptême,  est l’une des quatre filles de Maurice Alexander immigré russe venu s’installer à Brooklin / New-York fin 19eme.

En 1895 Maurice ouvre le 1er hôpital de poupées juste au dessus de son humble appartement. Il voue  une véritable  passion pour son travail, et c’est souvent qu’il passe ses nuits à réparer minutieusement et méticuleusement  la poupée q’une fillette capricieuse avait jetée violement à terre. Beaucoup de poupées de cette époque étaient en porcelaine les dégâts pouvaient être irréparable pour qui n’avait pas le savoir faire et la patience de Maurice.  Mais pour lui, découvrir le sourire de la fillette, voir son visage s’illuminé au moment où elle viendrait la rechercher, valait largement toutes ces heures passées a l’ouvrage.

Béatrice adorait être au côte de son père, elle observait chaque détail chaque geste, elle pouvait sentir toute la délicatesse et avec quelle minutie son père recollait un à un  chaque petits morceaux de porcelaine c’était un travail long et fastidieux qui demandait une précision une agilité mais aussi une attention de chaque instant. Béatrice grandira dans cet univers de beauté et de rêves. Profitant ainsi de l’enseignement transmis par son père. 

 

Le contraste entre la richesse des clients de Maurice et la pauvreté environnante de son atelier, n’échappera pas à  la jeune Béatrice, elle se fit la promesse de s’en sortir …

Son rêve : « réaliser  un jour une  poupée incassable »

 

Apres l’obtention de son diplôme Béatrice épouse Philip Behrman. Puis la guerre éclate et l’entreprise de son père n’échappera pas à l’embargo.  En effet la plus grande partie des poupées  que devait réparer Maurice provenaient alors d’Allemagne et c’est pour sauver l’entreprise familiale de la faillite que Béatrice et ses 3 sœurs décidèrent de réaliser une poupée de chiffon.

Elles vont s’inspirer des infirmières de la croix rouge  « alors, impliquées dans l’effort de guerre » pour réaliser leur première poupée.

Ce fut un succès, et l’entreprise familiale fut sauvée ….

Après la guerre les quatre sœurs continueront à faire des poupées. Béatrice se découvrira alors une véritable passion pour ce travail artistique de plus elle s’avèrera être un manager très efficace. Plus rien ne l’arrêtera et c’est avec beaucoup de courage de volonté mais très peu d’argent qu’elle se lancera dans le monde « très fermé mais surtout très masculin » des affaires…

 

Elle connaîtra les échecs, les difficultés, les railleries etc.… rien ne lui sera épargné pas même les catastrophes naturelles ; elle relèvera la tête et serrera les dents sa plus grande force n’est t’elle pas justement son courage sa volonté sa détermination … elle se battra jusqu’au bout pour elle, mais aussi pour les ouvriers qui l’ont suivis dans cette grande aventure elle ne peut pas et ne veut pas les décevoir.

Elle ne comptera ni son temps ni son argent elle s’investira toujours plus.Elles sera  aussi d’une grande rigueur contrôlant chaque détail  afin d’obtenir une qualité irréprochable elle sait qu’on l’attend au tournant. A une époque, ou l’on sait que les femmes d’affaires très puissantes étaient une rareté, on peut dire qu’elle a réalise un vrai prodige.  La réputation des poupées « Mme Alexander » a dépassé les frontières.

Dans les années 50’s, on compare même ses poupées a des Cadillac.

 

On sait aujourd’hui qu’elle avait raison d’y croire !! Il faut toujours croire en ses rêves.

C’est dans les années 20 que sa société prendra officiellement le nom de Mme Alexander.

Et c’est à brooklin USA que sont réalise toutes Les poupées Mme Alexander. Dans les années 80 elle est même la seule ste Américaine à ne pas faire fabriquer ses poupées a l’extérieur du pays et ce malgré le coût de la main d’œuvre.

C’est après la seconde guerre mondiale qu’elle réalisera enfin son rêve « créer une poupée incassable » grâce à l’arrivée de nouveaux matériaux comme le plastique.

 

Cissy à été réalise en 1955, elle est l’une des nombreuses et merveilleuses poupées réalisées par Mme Alexander. Mais sa sortie  ne passera pas inaperçus dans le New York « puritain » des années 50’, c’était un pari  très osé, comme seule Mme Alexander pouvait reussir. En effet Cissy est la première poupée mannequin aux formes généreuses avec une poitrine des hanches,mais aussi des pieds cambrés afin de pouvoir porter les talons, très en vogue  à ce moment la. On dira de cette poupée  qui dérange,  qu’elle a un corps de « femme ».

 

Cissy est une poupée mannequin de 50cm elle est réalisée en plastique dur pour le corps et le visage en vinyle souple pour les bras. Son corps est articulé au cou, bras, coudes, taille, hanches et genoux. Elle peut ainsi prendre différentes poses. On peut en trouver malgré tout  antérieur à 1958 avec des bras non articulés aux coudes. Apres 58 elle mesurera 53cm.

 

Ses yeux de sommeils sont bleus, bordés de longs cils appliqués ses sourcils ainsi que son léger maquillage quant à eux sont peints.

Elles est marquée dans le cou « Alexander ou Mme Alexander »

Si elle pouvait porter des talons, ses doigts eux, avaient la particularité de pouvoir porter des bagues. Cissy, avait été pensée dans les ses moindres détail, rien n’avait échappe à Mme Alexander soucieuse de  qualité et de  conformité des modèles utilisé.

 

Cissy était une poupée luxueuse  assez chère pour l’époque, il fallait compter pas moins de $60 pour un modèle de base. Mais l’on peut facilement comprendre pourquoi..

Les plus grands designers ont crées pour elle de merveilleux vêtements, taillés dans le satin la soie la dentelle etc. rien n’était trop beau pour Cissy. Sa garde robe était digne d’une reine. Elle comprenait plusieurs robes de soirées  (années glamour oblige) !! Mais aussi des ensembles de nuit, des tailleurs des petites robes de jour, des manteaux de fourrures, des dessous chic (culottes,soutiens - gorges, jupons etc.) des chapeaux, robes de mariées sans oublier de magnifique talons conçus  tout spécialement pour elle.  La plupart de ses vêtements étaient griffés « Cissy ». Pour agrémenter toutes ces magnifiques tenues, Cissy avait aussi bon nombre d’accessoires ou figurait, de  somptueux bijoux, des barrettes, fume-cigarette (très utilisé par les femmes de la haute société  dans les années 50’s)  bas de soie, sac a main, boa, mules etc…

Jamais aucune poupée n’avait reçu autant de soins et d’attention. C’était la star dans toute sa splendeur.

 

Complètement dans l’air du temps cissy arborait des coiffures très sophistiquées

Elle pouvait être brune, blonde, rousse, etc.. Elle portait une perruque collée qui était ensuite stylisée. Pour ce faire Mme Alexander fit appel aux meilleurs ouvriers coiffeurs de l’époque. Les stylistes, pas moins de douze s’inspiraient alors des coiffures de Rita Hayworth, Veronica Lake etc.

C’était d’autant plus difficile à réaliser que ces coiffures très compliquées devaient  être reproduites à l’échelle d’une poupée, il fallut à ces artistes beaucoup d’imaginations et d’ingéniosités pour y parvenir.

Toujours à la pointe de la mode, Cissy incarnait, le chic l’élégance et le glamour.

S’il est vrai qu’à sa sortie, Cissy créa  le trouble et sema l’agitation, il n’en demeure pas moins qu’elle gagna très vite les coeurs des petites filles et leurs mamans.

 

Cinquante ans plus tard, Cissy est toujours aussi belle toujours aussi chic est toujours très présente dans les rayons des magasins de jouets elle continue de faire rêver les enfants, de fasciner les adultes et de ruiner les collectionneurs. car si la qualité  et le prestige n’a pas baissé  d’un pouce durant toutes ces années, son prix lui n’a fait que grimper :o(

 

Aujourd’hui, Mme Alexander a gagne son pari, elle a aussi réalisé son rêve et elle peut reposer en paix…

 

Amitiés,

Lucette