Mdvanii

Ce n'est pas de la science c'est de l'art...

 

 

Pour commencer, découvrons si vous le voulez bien, qui est BILLYBOY*

 

Il est né au début des années 60 en Autriche, orphelin, il sera adopté par une famille Américaine.

 

Très tôt il sait ce qu’il veut, ce qu’il aime, il a du caractère et impose ses choix, et c’est dans le domaine artistique qu’il s’épanouira pleinement. Dès l’âge de seize ans, c’est en toute liberté qu’il ouvre son premier espace en tant qu’artiste à New York.

 Il y expose ses œuvres, ainsi que celles de ses amis.

Plus tard c’est sur la cote ouest qu’il ouvrira une galerie de décoration.

Il est aussi un passionné des poupées Barbie qu’il collectionne avec ferveur, sa fabuleuse collection est mondialement connu. C’est donc tout naturellement qu’il créera le premier club pour collectionneurs de poupées. Son autre passion, les vêtements et accessoires de haute couture notamment Elsa Schiaparelli. Il amasse tout ce qu’il peut trouver, au cours de ses voyages.

 

Touche a tout, il est successivement modèle, designer, créateur de bijoux baroques auteur d’un Best seller consacré à l’histoire de la poupée Barbie traduit en de nombreuses langues.

 

Avec Mdvanii, Billyboy* créera une expression artistique qui n’avait jamais existé auparavant.

 

En 1982, il décide de quitter New York et s’installe à Paris.

En 1983, il rencontre Jean-Pierre Lestrade (dit LALA) lui même artiste et ce sera le coup de foudre et le début d’une osmose artistique totale.

En 1984, il créera pour Mattel France, la première poupée Barbie, portant le nom d’un designer, le sien.

Maintenant que nous le connaissons un peu mieux, il est aisé de comprendre son désir de mettre à profit son esprit créatif.

 

C’est avec Lala, qu’il créera MDVANII (Prononcer MID-VA-NI)

 

Un tout nouveau concept, à l’opposé d’un produit de fabrication commerciale pour enfants et s’adressant a un public adulte. D’emblée cette sculpture se démarquera des autres poupées jouets commerciales, elle est avant tout anatomiquement correcte, c’est a dire avec des seins et un pubis.

Mais son caractère unique, ne s’arrête pas la. Réalisée en résine, entièrement  faite et peinte a la main en France (Fait assez exceptionnel pour qu’on le souligne) par « BILLYBOY* TOYS INC. »

 

Le concept d’une poupée de mode haute couture entièrement réalisée à la main en séries très limitées, numérotées, signées, était déjà une révolution en soi. Il n’y avait rien dans le contexte de l’époque qui puisse être comparé de près ou de loin à Mdvanii.

 

 Distribuée en exclusivité, selon des critères draconiens, elle fera sa première apparition le 14 février 1989 (bicentenaire de la révolution Française) à Londres dans le prestigieux magasin de luxe « LIBERTY ».

 

 Au japon, elle sera représentée en exclusivité par Sumiko Watanabe.

La sortie de Mdvanii avec sa garde robe raffinées haute couture fit littéralement l’effet d’un bombe (heureusement sans victime grave diront les créateurs) . La surprise, l’étonnement ou la curiosité que suscita Mdvanii, furent grandement liés à la personnalité médiatique de Billyboy*

 

Editées en série vraiment limitée, (200 pour la plus grande) elle peut aussi être une pièce unique et donc très chère. Elle sera l’ambassadrice  du luxe et de la mode Française. Elle sera exposée partout dans le monde et fera très souvent la une des magasines internationaux tel que : The Sunday Times, Lui, Glamour, Marie Claire, Vogue etc..

 

Mdvanii concilie la qualité  des techniques traditionnelles, avec un style de vie new age contemporain …200 ans après la révolution Française, Mdvanii allait opérer sa révolution, esthétique et artistique.   « LA POUPÉE DE MODE DU 21E SIECLE »

 

Ambassadrice du chic et de la haute couture française, l’altière Mdvanii au delà de son apparence de poupée de mode marquait délibérément sa différence en revendiquant une féminité sans tabou.

 

Haute de 25cm, en résine basic teintée rose pale mat, (en 91, la résine fut améliorée, par de la résine polyester) qui apportera un grain plus fin et une couleur mat rappelant la poudre Caron des années 50.

 

Sa féminité était marquée par une poitrine accentuée aux tétons peints d’un rose plus foncé et par un triangle délicatement peint en noir au pubis. Elle est naturellement proportionnée  d’une façon harmonieuse  comme aucune autre poupée de mode au monde.

 

Petit raffinement, elle a un pied droit et un pied gauche. Son corps est une œuvre d’art, une véritable sculpture.

Le tronc de la poupée était fait d’une seule pièce comprenant le buste et le bassin sur lequel venait s’articuler les bras, les jambes et la tête, au moyen d’un système élaboré de rondelles de résine et de vis. Ses traits fins (mélange du style européen et asiatique), le maquillage raffiné de ses yeux et de ses lèvres, exécuté avec soin par des miniaturistes, donne à chaque poupée une expression qui lui est propre.

 

Ses cheveux sont collés à même le crane et n’offre qu’une coiffure très courte, plaquée en arrière  dite  « piscine » afin de permettre l’utilisation de perruques en cheveux naturels réalisées dans les ateliers du célèbre coiffeur parisien « ALEXANDRE ».

 

Toutes les poupées résines, sont gravées « Mdvanii » sur une plaque ovale dorée, incrustée sur la nuque.

 

La première Mdvanii, en résine donc, fut la basic « DRESS UP » simplement vêtue d’une gaine stretch et de chaussures noires. En 1993, la résine sera définitivement remplacée par la porcelaine de Sèvres.

 

Elle possède une garde robe très raffinée et richement accessoirisée, conçue dans l’esprit et la tradition de la haute couture française. Les vêtements portent des noms tels que : MA PETITE CHERIE, DOLCE VITA, MONACO, et se voulaient exécutés avec le même souci d’exigence et de perfection.

 

Chaque élément de sa garde robe, portait la griffe « MDVANII » sur laquelle était inscrit, à la main comme en haute couture le N° de référence du modèle. Ses perruques elles, sont griffées « ALEXANDRE ».

Les accessoires n’étaient pas en reste, puisqu’il était proposé un large choix de gants, chapeaux, sacs, bas… pour le jour et pour la nuit.

 

Vous l’aurez compris, nombreux sont les artistes qui se sont penchés sur son berceau, on peut encore citer René Gruau, auteur du mythique « Rouge Baiser » de Dior et célèbre dessinateur de mode qui réalisera le graphisme de la boite, ou encore Clyde Smith qui lui illustrera les catalogues Mdvanii de ses dessins à l’humour décalé.

 

Chaque poupée est présentée dans une simple boite fourreau en carton datée, signée et numérotée, le nom du modèle ainsi que la boutique  ou elle a été vendue sont aussi précisés.

 

Il y eut aussi, des coffrets dits « Grand Luxe » contenant une poupée plus des vêtements.

Entre 1990 et 1993, plusieurs autres personnages féminins et masculins seront créés :

« Dheei » l’amie black de MdvaniiI sortira en 1990. Puis en 1992, la très mystérieuse indienne dont le nom sera tenu secret durant une année « Soraya » (elle sont réalisées dans le même moule que Mdvanii). Il y aura aussi  « Rhogit » le petit ami de MdvaniiI et « Zhdrick » frère de Dheei qui feront leur apparition en 1991.

 

 En dépit des innombrables difficultés rencontrées par une telle miniaturisation

(vêtements, perruques, expressions corporelles, maquillage) et n’étant pas conçu, ni fabriquée comme un produit industriel, elle ne pouvait pas répondre aux demandes de plus en plus pressantes dont elle était l’objet. Pourtant et  malgré son succès, il n’y eut jamais d’autre alternative à la façon dont elle était fabriquée : en France, à la main pièce par pièce.

 

Tout cela pour arriver a l’essentiel, MDVANII n’est pas une simple poupée, c’est une œuvre d’art à part entière. Elle réussit la prouesse  de séduire, sans jamais sourire et garde entier son mystère (tout comme la Joconde), un dernier coup d’œil et déjà son aura s’échappe en claquant la porte.

 

Objet intrinsèquement de luxe, exécuté avec un raffinement extrême, elle s’impose comme une référence culturelle élitiste.

Mdvanii est la représentation matérielle de l’image de la femme rêvée dans l’inconscient collectif du 21ème siècle. Mdvanii est belle, son corps sexué est un parti pris esthétique. Elle est cultivée, spirituelle, à l’aise financièrement et absolument glamour.

 

Billyboy* et Lala diront qu’ils sont les architectes d’un monde dans lequel les genres se confondent, les classes sociales se mélangent  tout un univers ou la ligne séparant l’amitié, l’amour et les liens de parenté s’estompent, ou les races s’unissent et s’enlacent. Les artistes ont rêvés le royaume pacifié d’un futur tant désiré.

 

Posséder une MDVANII, c’est faire partie de cet idéal.