La grande histoire d'une petite poupée

 

 

Sindy a vu le jour en 1963 dans la région du Kent, en Angleterre. Produite par la société anglaise Pedigree, elle devient ainsi la première poupée mannequin jeune fille anglaise. D'une taille de 30 cm, le premier modèle avait les cheveux implantés suivant un style se rapprochant du "bubble cut" et les yeux peints. Disponible en blonde, brune ou châtain, elle était en vinyle avec les jambes raides.

 

 Sa garde-robe, sommaire au départ, va très rapidement s'étoffer proposant aux petites filles un grand choix de tenues très variées. Sindy devient alors "the doll you love to dress", la poupée "que tu adores habiller".

 

Pendant 24 années, La société  Pedigree continuera à produire la poupée. Et face au succès grandissant et à la concurrence féroce de Mattel, la société innovera très souvent, créant ainsi une multitude de modèles. Voici quelques unes des principales innovations.

 

 En 65, on introduit une tige de fer dans les jambes de la poupée, ce qui permettra de les plier et de lui faire prendre la pose.

 

 En 68, la taille est pivotante, les cils apparaissent et les cheveux sont plus longs.

 

 En 69, apparition de la "Walking Sindy" les jambes se balancent librement lorsque l'on tient la poupée par la taille, ce qui donne l'impression qu'elle marche.

 

En 71, la tête est pivotante, c'est la "Lovely lively". En 74, lancement de la "Active Sindy", 15 points d'articulation sur le corps lui permettent toutes sortes de positions.

 

En 78, Sindy existe en version "black" mais également en version avec yeux dormeurs.

 

Sindy aura bientôt un petit ami, Paul, une petite soeur, Patch et vivra sa vie de jeune fille, entourée de ses deux amies, Vicky et Mitzy.

Pedigree lancera également une vaste ligne de mobilier, avec en particulier une cuisine, équipée comme une grande et une salle de bain de rêve.

 

En 87, Pedigree, en proie à de grosses difficultés économiques, cesse la production des Sindy. Rachetée par la société américaine Hasbro, la poupée sera relookée dans un style plus moderne, pour faire face à sa grande rivale, Barbie.

 

Beau parcours pour la petite Anglaise, qui aujourd’hui encore ne cesse de faire parler d’elle…

 

Amitiés, 

Sandra